CAPA des Agrégés de l’académie d’Orléans-Tours, cuvée du printemps 2019

Accès au corps des Agrégés par Liste d'Aptitude et avancement à la Hors-Classe ont été à l'ordre du jour des CAPA du printemps 2019. L'égalité professionnelle et l'égale dignité des différents parcours ont guidé les interventions des élu·e·s du Sgen-CFDT. Mais il reste des sujets d'inquiétude.

Le 20 mars, le Sgen-CFDT défend le dialogue social et l’égalité professionnelle

Notre élue  annonce dès le début les priorités de notre syndicat :

Le dialogue social  est, pour la CFDT, le cœur de l’action syndicale.

Les CAP constituent, tel que le prévoit le décret 82-451, le lieu privilégié pour ce dialogue en ce qui concerne les opérations individuelles. Le Sgen- CFDT s’inquiète de l’évolution ou de la disparition de ces prérogatives et sera particulièrement vigilant aux questions de promotions de grades, de mutations et à la mise en œuvre des accords sur l’égalité professionnelle.

Besoin de reconnaissance du métier d’enseignant

Accéder au corps des agrégés n’est pas qu’une affaire financière, c’est aussi une reconnaissance de l’institution dans un métier où il existe peu de voies de promotion et où la reconnaissance de la valeur professionnelle et des services rendus ne passe souvent que par des mots.

En réponse à notre déclaration sur l’absence de communication du Ministère sur les modalités de reclassement, les services de la Division des Personnels Enseignants du Rectorat ont calculé qu’avec la création de la Classe Exceptionnelle, l’accès au corps des agrégés n’est intéressant, financièrement parlant, que s’il reste encore au moins 6 années à effectuer avant la retraite.

Pour des informations complètes sur l’accès à ce 3° grade, lire http://sgenplus.cfdt.fr/article/classe-exceptionnelle-qui-comment-quand/

Le ministère autorise, pour l’académie d’Orléans-Tours, la remontée de 50 propositions pour un examen ultérieur en CAPN. Il faut savoir que chaque année une dizaine seulement de collègues de notre académie sont finalement promu·e·s. En 2018, l’âge moyen de ces collègues était de 53 ans.

Les représentant·e·s des personnels ont noté des progrès sur les avis des supérieurs hiérarchiques, en particulier quand il y a deux avis TRES FAVORABLE :

Les avis des chefs d’établissement et des inspecteurs doivent être clairement explicités et ne pas se contenter de généralités.

Quelques conseils aux candidat·e·s

Pour optimiser les chances que mon dossier soit sélectionné et que l’institution reconnaisse concrètement  ma valeur professionnelle et mon engagement :

  • bien préparer la lettre de motivation
  • mettre en valeur la variété du parcours
  • demander la visite d’un Inspecteur
  • renouveler la demande chaque année

Un dialogue social constructif : le Sgen-CFDT entendu sur la reconnaissance de profils variés

En introduction, nous déplorions également la différence de traitement des collègues PLP alors que les textes officiels sont pourtant clairs : un PLP a toute légitimité pour devenir agrégé.

Le Ministère parle d’égale dignité des voies de formation des élèves entre voie générale et voie professionnelle mais il semble hiérarchiser la valeur de ses enseignants.

Certains collègues se sont ainsi vus conseiller de passer par la case «certifiés » avant de prétendre accéder au corps des agrégés.

Après plusieurs années de demande  le dossier d’un PLP défendu par notre syndicat se voit enfin proposer ! Nous espérons que les membres de la CAPN sauront eux aussi reconnaître la valeur professionnelle de notre collègue.

Pour la version intégrale de notre déclaration préliminaire Déc préalable agrégés 20 mars

En conclusion, Madame la Rectrice s’est félicitée de ce travail commun. Pour elle, le fait  qu’une majorité des dossiers remontés en rang 1 l’an dernier ont été retenus en CAPN en est une preuve et montre le rôle essentiel du dialogue entre organisations syndicales, membres de l’administration et inspecteurs.

Dialogue constructif qui ne semble pas être reconnu par le Ministère, puisqu’il envisage de supprimer une grande partie des prérogatives des CAP !

Le 22 mai, le Sgen-CFDT exprime son inquiétude au sujet du projet de loi dit de « Transformation de la Fonction Publique ».

Ce projet de loi est actuellement examiné en séance de l’Assemblée nationale. La CFDT a déposé une centaine d’amendements sur l’avant-projet de loi. Certains ont été pris en compte mais le gouvernement a refusé de revenir sur ses positions relatives aux instances traitant des questions individuelles (CAP). Sur la base de ce constat, la CFDT a voté contre l’avant-projet de texte et continue de porter ses propositions en direction des parlementaires pendant la discussion du projet de loi et lors de toutes les concertations et négociations qui découleront de ce projet de loi.

Les élus Sgen-CFDT, attachés au dialogue social, continueront à tout mettre en œuvre pour le faire vivre quelle que soit l’évolution des instances paritaires.

Pour une évaluation équitable de la valeur professionnelle

La campagne d’accès à la hors-classe 2019 concerne deux populations de promouvables : des collègues ayant bénéficié d’un rendez-vous de carrière et d’autres non. Le Sgen-CFDT regrette que le ministère ait refusé que certains avis et appréciations émis en 2018 pour les collègues n’ayant pas bénéficié de rendez-vous de carrière soient réexaminés. Ce réexamen est nécessaire car plusieurs dysfonctionnements ont été signalés en 2018 tant par les évalués que par les évaluateurs.

  • comment tenir compte d’un changement d’affectation et donc d’évaluateur ? Cela ne garantit pas l’équité de traitement
  • quels critères sont utilisés pour les collègues affectés dans l’enseignement supérieur ? Le supérieur hiérarchique est parfois bien éloigné des enseignants.

Que penser de l’appréciation « à consolider » ?

Cette appellation laisse entendre qu’une évolution est possible, ce qui n’est pas cohérent avec la pérennité de cette appréciation. Le seul aspect positif de cette appréciation est qu’elle permet à un promouvable d’être promu, ce qui n’était pas le cas lors des campagnes précédentes avec les avis « insuffisant » ou « honorable ».

Comment expliquer aussi, qu’un candidat ayant cette appréciation soit mieux placé qu’un candidat ayant une appréciation « très satisfaisant » alors que les deux dossiers sont très proches ?

Pas de traitement différent selon le mode d’accès au corps

Le Sgen- CFDT rappelle aussi qu’il n’y a pas lieu de traiter différemment les collègues selon leur mode d’accès au corps des agrégés. Pourtant, un collègue dont la valeur professionnelle est reconnue et qui, tout en exerçant son métier d’enseignant, s’engage dans le même temps, dans la préparation d’un concours, la poursuite d’études ou un projet de recherche n’a-t-il pas autant de mérite qu’un autre ? Ainsi, lors de la CAPN de juillet 2018, des dossiers de candidats promus agrégés par liste d’aptitude et qui n’avaient pas été retenus lors de la Capa dans trois académies ont quand même été étudiés en CAPN.

Un bon point concernant l’égalité professionnelle hommes / femmes dans l’académie d’Orléans-Tours

Les efforts fournis par le Rectorat concernant l’égalité hommes/femmes sont encourageants puisque la liste des proposés est équilibrée : 66 femmes et 65 hommes en regard des 50,42 % de femmes et des 49,58 % d’hommes du corps.

Un des objectifs de l’accord PPCR est de faire progresser l’égalité hommes/femmes.

Malheureusement, le bilan social du Ministère fait encore apparaître un retard de carrière pour les femmes pourtant majoritaires au sein de l’Éducation Nationale.

egalité professionnelle